Lesfinances.fr
Accueil > Assurance vie > Faut-il garder son assurance vie ?

Faut-il garder son assurance vie ?

Article rédigé par Ludovic Chaput. Dernière mise à jour le 20 juillet 2021.

Faut-il garder son assurance vie en 2021 ? Voilà une question que de nombreux épargnants se posent (on compte près de 50 millions de contrats ouverts en France). Nous allons répondre à cette interrogation en vous apportant les informations importantes à savoir avant d’envisager un rachat partiel ou total de votre contrat d’assurance vie.

En synthèse, l’assurance vie est un dispositif d’épargne toujours très attractif. En dépit de la baisse de rémunération des fonds euros, lesquels demeurent plus rémunérateurs que les autres placements sans risque, les assurances vie multisupport donnent accès à un large choix de supports d’investissement et constituent une solution incontournable pour faire fructifier son patrimoine. Notamment car l’assurance vie dispose d’une fiscalité très avantageuse au cours de la vie du contrat mais aussi dans le cadre de la transmission du patrimoine.

Toutefois, toutes les assurances vie ne se valent pas, les épargnants ont intérêt à consulter les caractéristiques de leur(s) contrat(s) et ne pas hésiter à en changer pour accéder à des supports d’investissement plus performants et réduire les frais du contrat (et même totalement supprimer les frais de versement).

Faut-il garder son assurance vie ?

L’assurance vie en fonds euro

Lorsque les épargnants s'interrogent sur l’intérêt de garder leur assurance vie, généralement, l’interrogation ne porte pas tant sur l’assurance vie que sur un des supports phares accessibles en son sein : les fonds euros. En effet, les fonds euros ont été et sont toujours très populaires en raison de la garantie qu’ils offrent sur le capital investi, et d’une bonne visibilité sur les performances qu’ils délivrent d’une année sur l’autre. Mais cette performance est en baisse depuis quelques années. C’est en partant de cette observation que les épargnants s'interrogent sur l’intérêt de garder leur assurance vie. En 2020, la performance des fonds euros s’est établie entre 1 et 2 % selon les fonds. Dès lors, peut-on dire que les fonds euros et par extension l’assurance vie ont perdu tout attrait ? La réponse est non, cela pour plusieurs raisons que nous allons détailler.

Tout d’abord, si la moindre rémunération des fonds euros est tangible, il faut savoir que cette baisse du taux de rémunération concerne l’ensemble des placements sans risque. Or, un petit comparatif des placements sans risque permet de se rendre compte que les fonds euros demeurent à ce jour (2021) sensiblement plus performants que les autres placements sans risque (livrets, compte à terme, etc.). Ce qui est encore plus vrai si les épargnants prennent le temps de s’orienter vers une assurance vie donnant accès aux meilleurs fonds euros. Les performances des fonds euros vont presque du simple au triple selon les contrats.

Ainsi, les fonds euros constituent encore à ce jour le meilleur placement pour sécuriser son épargne. Logés au sein de l’assurance vie, le fonds euro bénéficie en outre d’une fiscalité très attractive (ce point est abordé plus bas).

Le deuxième point à avoir à l’esprit est que l’assurance vie ne se réduit pas aux fonds euros. Bien que ces derniers représentent encore une large majorité des encours investis au sein des assurances vie (près des trois quarts), de plus en plus d’épargnants se tournent vers des supports plus dynamiques en unités de compte.

Des contrats de plus en plus qualitatifs

L’offre de contrats d’assurance vie s’est considérablement améliorée ces dernières années.

Il y a encore quelques années, la plupart des épargnants se tournaient vers les assurances vie "grand public" commercialisées par les grands réseaux d’agences bancaires. Ces contrats affichent des prestations très moyennes, voire décevantes. Les banques n’hésitent pas à prendre des frais sur les versements, et le choix de supports en unités de compte est parfois plus que limité, ne donnant accès qu’à quelques dizaines de fonds d’investissement maison (les fonds maison sont des fonds gérés par les filiales de la banque en charge de la gestion d’actifs).

Or, depuis quelques années, on compte de plus en plus de contrats de grande qualité. On trouve désormais des contrats d’assurance vie accessibles avec un versement initial de quelques centaines d’euros (voir notre sélection des meilleures assurances vie) mais des prestations haut de gamme semblables (voire supérieures) à celles des assurances vie réservées aux gros patrimoines.

Désormais, les épargnants ont accès à des contrats référençant des centaines de supports d’investissement, et affichant des frais de gestion réduits. Plus que la quantité, c’est aussi la qualité des supports d’investissement qui séduit. En la matière, les courtiers et les banques en ligne se démarquent du lot en proposant des contrats en architecture ouverte. Ce qui signifie que le contrat permet d’accéder à des fonds d’investissement gérés par des sociétés de gestion tiers, parmi lesquels on compte des noms réputés : Amundi, Lyxor International, Moneta, Carmignac Gestion, Lazard Frères Gestion, Rothschild & Co, La Financière de l’Echiquier, Comgest, Edmond de Rothschild, Sycomore, etc.

Parmi les supports d’investissement accessibles en assurance vie, beaucoup d’épargnants l’ignorent mais on trouve également des supports immobiliers, notamment des SCPI, OPCI, et SCI. Le choix est toutefois plus restreint que celui en fonds d’investissement, mais certains contrats à l’image de Linxea Spirit 2 (voir avis), référencent des dizaines de supports immobiliers.

Non contents d’afficher des frais de gestion réduits et de référencer des centaines de supports d’investissement, les assurances vie commercialisées par les courtiers et les banques en ligne sont également sans frais de versement et sans frais d’arbitrage, et proposent de nombreuses options de gestion (versements programmés, arbitrage automatique, sécurisation des plus-values, dynamisation des plus-values, etc.).

Face à une telle abondance de supports d’investissement et d’options de gestion, beaucoup d’épargnants s’y perdent et ne savent pas comment gérer leur contrat. Qu’ils se rassurent, les épargnants peuvent compter sur la gestion pilotée pour déléguer la gestion de leur contrat. Le principe de la gestion pilotée (ou gestion déléguée) est relativement ancien, mais là encore, l’assurance vie profite de l’arrivée de nouvelles gestions pilotées performantes et offrant un haut niveau de personnalisation. Sur ce sujet, nous vous renvoyons à notre article sur les meilleures gestions pilotées du marché.

En matière de gestion pilotée, on trouve désormais des contrats avec des frais de gestion très contenus, et un plus grand choix de profils d’allocation, ceci afin de coller au plus proche des objectifs des épargnants. Cette personnalisation porte à la fois sur la stratégie d’allocation (fonds de gestion active ou passive, supports immobiliers, etc.) mais aussi sur ces enjeux nouveaux comme les questions éthiques et écologiques, avec l’apparition de fonds d’investissement labellisés ISR (investissement socialement responsable), et de gestion pilotée 100 % ISR.

Yomoni

En matière de supports d’investissement et d’options de gestion, l’assurance vie est donc un produit en constante évolution. Les épargnants "grand public" ont désormais accès à des contrats performants avec peu de frais.

Dès à présent, en cas de doute, chaque épargnant aurait intérêt à consulter les caractéristiques de son contrat et les comparer aux meilleures assurances vie du marché. Nous avons donné notre avis sur plusieurs assurances vie ici. Vous pouvez également nous contacter pour que nous étudions les caractéristiques d’autres contrats. Il peut être intéressant de suspendre les versements sur un ancien contrat (voire de fermer le contrat) et d’ouvrir un nouveau contrat plus performant. Nous vous rappelons que les épargnants peuvent détenir plusieurs contrats, c’est même une approche recommandable pour tirer parti des avantages de plusieurs contrats.

En sus des caractéristiques avantageuses spécifiques aux meilleures assurances vie, l’ensemble des contrats bénéficie d’un régime fiscal très avantageux, lequel justifie à lui seul la place centrale de l’assurance vie dans le cadre d’une gestion patrimoniale efficace.

Une fiscalité toujours aussi attractive

L’assurance vie dispose d’avantages fiscaux considérables.

Tout d’abord, il convient de rappeler que l’assurance vie est une enveloppe capitalisante. Donc les gains réalisés au sein du contrat ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu dès lors que l’argent est capitalisé (et réinvesti) au sein du contrat. Les gains réalisés sur les supports en unités de compte ne supportent d’ailleurs même pas de prélèvements sociaux (même en cas d’arbitrage) aussi longtemps que l’argent reste investi dans l’assurance vie.

Lorsque le contrat a plus de 8 ans (on parle bien de l’âge du contrat et non de la date des versements !), l’épargnant peut réaliser des retraits sur son assurance vie et il bénéficie d’un abattement de 4600 euros sur la part des plus-values imposables (cet abattement est porté à 9200 euros pour un couple marié ou pacsé).

Nous vous renvoyons à notre article sur la fiscalité des rachats partiels sur l’assurance vie pour plus de détails.

Le point à retenir ici est qu’il est intéressant d’ouvrir un contrat le plus tôt possible, de façon à bénéficier au plus tôt de l’abattement sur les plus-values sur les rachats partiels.

Combien de temps doit-on garder son assurance vie ?

C’est une question dans la question : combien de temps doit-on garder son assurance vie ?

Pour y répondre, il convient de remettre en lumière l’un des atouts clefs de l’assurance vie, lequel doit d’ailleurs son nom au dispositif d’épargne. L’assurance vie n'est pas un simple outil d'épargne, c'est aussi un dispositif permettant de protéger les bénéficiaires désignés du contrat en cas de décès de son souscripteur.

Dans le détail, chacun des bénéficiaires désignés du contrat bénéficie d’un abattement de 152 500 euros sur le capital transmis via un contrat d’assurance vie. De quoi mettre à l’abri ses proches en cas de malheur (conjoint et/ou enfants, ou tout autre bénéficiaire désigné). Attention toutefois, cet abattement est valable sur les versements réalisés avant les 70 ans du souscripteur du contrat. L’assurance vie est un formidable outil pour optimiser la fiscalité de la succession. Nous vous renvoyons à notre article sur la fiscalité des assurances vie à la succession pour plus de détails (les anciens contrats bénéficient de régimes spécifiques).

Pour rappel, en France, chaque parent peut transmettre sans impôt 100 000 euros à chacun de ses enfants à sa succession. Au-delà, l’héritage est taxé. L’assurance vie est donc un dispositif permettant de réduire l’assiette taxable au moment de la succession, puisque l’assurance vie permet à chaque parent de transmettre 152 500 euros supplémentaires hors succession. Mais pour cela, encore faut-il anticiper sa succession, car cet avantage fiscal est considérablement réduit si les versements sur le contrat sont réalisés après les 70 ans du souscripteur.

Dans le cas où le souscripteur a plus de 70 ans, il est important d’avoir à l’esprit ces avantages fiscaux à la succession dont bénéficient les versements réalisés avant ses 70 ans, et il est judicieux de garder son contrat même si ce dernier n’affiche pas les meilleures caractéristiques du marché. Par ailleurs, dans le cas où l’épargnant souhaite profiter d’un complément de revenu à la retraite tout en souhaitant optimiser sa succession, il peut-être judicieux de consommer en priorité l’argent placé sur des dispositifs d’épargne n’offrant pas d’avantages fiscaux à la succession. En cas de doute sur ces questions techniques, nous vous invitons à prendre contact avec un conseiller en gestion de patrimoine (formulaire de contact en bas de cette page).

En conclusion, malgré la baisse du taux de rémunération des fonds euros, l’assurance vie demeure un dispositif d’épargne toujours très intéressant, que ce soit pour épargner à court terme (en prévision d’un achat immobilier ou tout autre dépense), ou dans une optique de valorisation patrimoniale à long terme, avec l’objectif de préparer sa retraite ou de transmettre son capital.

L’attrait de l’assurance vie s’explique en raison de sa fiscalité, aussi bien au cours de la vie du contrat que dans le cadre d’une succession. Cet attrait s’est renforcé avec la commercialisation de contrats très qualitatifs, proposant des supports d’investissement performants et des frais de gestion réduits. Vous pouvez consulter notre comparatif d’assurances vie, nous y listons les meilleures assurances vie identifiées sur le marché.