Accueil > Définir ses objectifs > Plan d'épargne retraite

Comparatif des meilleurs PER

Plan d'épargne retraite : comparatif des meilleurs PER 2020

Rédigé par Ludovic

Le plan d’épargne retraite (PER) est un nouveau dispositif d’épargne introduit dans le cadre de la loi PACTE. Le PER est dédié aux actifs souhaitant se constituer une épargne qu’ils pourront consommer sous forme de rente ou par retraits du capital au moment de la retraite.

Ce dispositif se décline sous 3 formes différentes : le PER individuel (accessible à tous), le PER collectif d’entreprise et le PER d’entreprise obligatoire. Dans cet article, nous traitons du PER individuel, aussi intitulé PERin. Ce dispositif remplace le plan épargne retraite populaire (PERP). Il s’agit d’un outil particulièrement intéressant en raison de ses possibilités de diversification (pour peu que l’on choisisse un contrat performant) et de ses avantages fiscaux. Cet article vous présente le fonctionnement général du PER, sa fiscalité, ses avantages, et un comparatif des meilleurs PER du marché.

SOMMAIRE

  1. Fonctionnement du PER individuel
  2. PER assurantiel ou PER bancaire : quel PER choisir ?
  3. La fiscalité du plan d’épargne retraite
  4. Avantages : l’intérêt d’ouvrir un PER
  5. Comparatif des meilleurs PER

Fonctionnement et fiscalité du PER individuel

Le plan d’épargne retraite est un produit tunnel. En effet, les versements réalisés sur le PER sont bloqués jusqu’à la date où l’épargnant fera valoir ses droits à la retraite. Il existe des exceptions à cette règle. Ainsi, l’épargnant peut réaliser un retrait du PER en cas d’achat de la résidence principale ou dans le cas de certains accidents de la vie (la liste est donnée plus bas).

Le PER est une enveloppe capitalisante : les gains des placements sont réinvestis au sein du plan sans subir de “frottement fiscal”. Ce qui est particulièrement intéressant pour faire fructifier son patrimoine sur le long terme.

Le PER bénéfice également d’une fiscalité attractive. L’avantage fiscal intervient soit au moment du versement (l’épargnant peut déduire les versements de son revenu imposable), soit au moment de la sortie du PER (où l’épargnant récupérera l’argent sous forme de retraits de tout ou partie du capital, ou sous forme de rente). Ces deux mécanisme de sortie disposent d’une fiscalité propre détaillée plus bas dans cet article.

Le plan d’épargne retraite permet d’investir sur une multitude de supports financiers : fonds euro, fonds d'investissement en actions, fonds diversifiés, fonds obligataires, supports immobiliers (SCPI, OPCI, SCI). Face à tant de possibilités, les épargnants peinent à s’y retrouver. C’est la raison pour laquelle la grande majorité des épargnants optera pour une gestion déléguée du PER. C’est le mode de gestion recommandé par défaut au moment de la souscription.

Le podium des meilleurs PER 2020

Note : la présentation de ces plans d'épargne retraite et les critères retenus pour établir ce podium sont présentés dans le comparatif des meilleurs PER (plus bas dans cet article).

PER en gestion déléguée

La plupart des épargnants a intérêt à déléguer la gestion du PER. Le gestionnaire adaptera automatiquement l’allocation du PER en fonction de l’horizon d’investissement et des objectifs financiers de l’épargnant. Par allocation, il faut comprendre répartition des versements entre les différents fonds du PER.

L’âge de l’épargnant est l’un des critères importants pour définir l’allocation du PER. En principe, plus l’épargnant est jeune et loin de la retraite, plus le gestionnaire donne un poids important aux placements dynamiques. Les placements dynamiques (fonds d’investissement en actions, supports immobiliers, etc.) offrent d’excellentes performances à long terme, au détriment d’une volatilité plus élevée. Lorsque l’horizon d’investissement excède 8-10 années, les placements dynamiques peuvent représenter une part importante des encours. Ce pourcentage sera modulé en fonction des attentes et de la sensibilité à la volatilité de l’épargnant. Dans le cas d’un PER avec une allocation à 50 % en fonds actions, l’épargnant doit pouvoir psychologiquement encaisser des baisses passagères de 10 % (cas où les marchés actions chutent de 20 %). Le raisonnement fonctionne dans les 2 sens, en cas de hausse des marchés actions, les profils dynamiques sont aussi ceux qui en profitent le plus. Historiquement, les marchés actions sont la classe d’actifs délivrant les meilleures performances.

Les gestionnaires proposent généralement un minimum de 3 profils de risque : sécurisé, équilibré, dynamique. Certains gestionnaires permettent de personnaliser davantage son allocation. Une des missions du gestionnaire sera de déterminer votre profil de risque. À mesure que l’épargnant se rapproche de la retraite, les gains doivent être sécurisés sur des placements moins risqués. Typiquement, dans le cas d’un profil sécurisé, la quasi-totalité des gains sera sécurisée en fonds euro, tandis que dans le cadre d’un profil dynamique on conservera une part non négligeable des encours investie en supports risqués.

Généralement, en optant pour une gestion déléguée, le passage graduel des supports dynamiques vers des supports sécurisés (à l’approche de la retraite) se fait de façon automatique. On retrouve cette stratégie chez plusieurs gestionnaires. Mais ce qui les différencie est la qualité des supports d’investissement, le niveau de personnalisation et les frais de gestion (voir le comparatif des meilleurs PER plus loin).

Les cas de sortie anticipée

Les sommes versées sur le PER sont bloquées jusqu’à la retraite. Il existe cependant plusieurs cas de figure où l’épargnant pourra retirer l’argent avant cette date :

  • l’achat de la résidence principale,
  • l’invalidité du titulaire, de ses enfants ou son conjoint (marié ou pacsé),
  • le décès du conjoint (marié ou pacsé),
  • la fin des droits aux allocations chômage,
  • le surendettement,
  • la cessation d’activité non salariée (suite à une liquidation judiciaire).

La fiscalité applicable sur les versements et les plus-values n’est pas la même selon que le retrait entre dans le cadre de l’achat d’une résidence principale ou d’un accident de la vie. La fiscalité est détaillée plus bas.

PER assurantiel ou PER bancaire : quel PER choisir ?

Il existe 2 types de plan d’épargne retraite : le PER assurantiel et le PER bancaire. La grande majorité des PER individuels commercialisés sont des PER du type assurantiel. À l’image de l’assurance vie, le PER assurantiel permet de diversifier son épargne entre des fonds euro (le placement sécurisé par excellence) et des placements divers en unités de compte (fonds d’investissement, supports immobiliers, etc.) Toujours par analogie, le fonctionnement des PER bancaires se rapproche de celui d’un compte-titres.

Parmi les rares PER bancaires commercialisés, on peut citer le PER Yomoni. L’intérêt principal de ce PER est que les frais de l’enveloppe sont très faibles : 0,30 % contre 0,60 % pour les meilleurs PER assurantiel (voire notre classement plus bas). À cet avantage s’ajoute la stratégie de gestion efficace de la Fintech, on en reparle plus bas dans le classement des meilleurs PER.

Le PER assurantiel dispose d’un avantage de poids : la possibilité d’y loger des fonds euro (ce qui n’est pas possible avec un PER bancaire). Or, les fonds euro demeurent actuellement le meilleur support pour sécuriser les encours au sein du PER lorsque l’on se rapproche de l’âge de la retraite.

Le deuxième avantage en faveur du PER assurantiel est qu’il profite d’un avantage successoral. En effet, en cas de décès du souscripteur, le PER assurantiel bénéficie du même régime que les assurances vie. C’est à dire jusqu’à 152 500 € qui échappent aux droits de succession !

La fiscalité du PER

L’épargnant peut profiter d’un avantage fiscal au moment où le versement est réalisé, ou bien au moment de la sortie du PER. Ces 2 options sont mutuellement exclusives.

Avantage fiscal au moment du versement

Dans le cas où l’épargnant souhaite profiter de l’avantage fiscal au moment où le versement est réalisé vers le PER, l’épargnant peut déduire de ses revenus imposables les versements réalisés. Cette déduction intéressera les épargnants souhaitant réduire leur impôt sur le revenu.

Les versements sont déductibles dans la limite du plus élevé des 2 chiffres suivants :

  • 10 % des revenus professionnels de l’année antérieure, nets de cotisations sociales et de frais professionnels ,
  • 4 052 euros (ce chiffre correspond à 10 % du plafond de la sécurité sociale de l’année 2019).

Il est possible de verser davantage que ces plafonds, mais la part supérieure ne sera pas déductible du revenu imposable. En sachant que la déduction ne peut excéder 32 419 euros.

Exemple : monsieur Dupont a perçu des revenus professionnels à hauteur de 50 000 euros en 2019. En 2020, il peut réduire de son revenu imposable jusqu’à 5 000 euros en réalisant un versement d’un montant équivalent sur son PER. Dans le cas où les 5 000 euros déduits se trouvaient dans la tranche marginal d’imposition à 30 %, ce versement permet à monsieur Dupont de réaliser une économie d’impôt sur le revenu de 1 500 euros.

Au moment de la retraite, en cas de retrait du PER sous forme de capital, la part des versements sera imposée au barème de l’impôt sur le revenu, et la part de plus-value sera imposée au prélèvement forfaitaire unique (aussi appelé flat tax, son taux est de 30 %) ou au barème de l’impôt sur le revenu.

Dans le cas où le retraité souhaite retirer du PER sous forme de rente, la part des versements sera imposée selon la fiscalité des rentes viagères à titre gratuit (RVTG), et la part de plus-value sera soumise à la fiscalité des fiscalité des rentes viagères à titre onéreux (RVTO).

Quelle est la fiscalité des rentes viagères à titre gratuit (RVTG), et des rentes viagères à titre onéreux (RVTO) ?

Les RVTG sont imposées au barème de l’impôt après un abattement de 10 %. Les RVTO sont imposées au barème de l’impôt sur une fraction de la rente. La fraction dépend de l’âge lors de l’entrée en jouissance de la rente :

  • 70 % si le souscripteur est âgé de moins de 50 ans,
  • 50 % s'il est âgé entre 50 et 59 ans inclus,
  • 40 % s'il est âgé entre 60 et 69 ans inclus,
  • 30 % s'il est âgé de plus de 69 ans.

La fiscalité applicable en cas de retrait anticipé (achat de la résidence principale ou accident de la vie) est présentée dans le tableau ci-dessous.

Tableau : fiscalité du PER en cas de défiscalisation au moment des versements

Modalité de sortie Imposition des versements Imposition des plus-values
Déblocage anticipé en cas d’accident de la vie Exonération de l’impôt sur le revenu Prélèvements sociaux (17,2 %)
Déblocage anticipé en cas d’achat de la résidence principale Barème de l’impôt sur le revenu Prélèvement forfaitaire unique (30 %)
Sortie en rente Fiscalité des rentes viagères à titre gratuit fiscalité des rentes viagères à titre onéreux
Sortie en capital Barème de l’impôt sur le revenu Prélèvement forfaitaire unique (30 %)

Avantage fiscal au moment des retraits

Près de la moitié des foyers fiscaux ne paie pas d’impôts sur le revenu. En l’absence d’impôt sur le revenu, le mécanisme de déduction des versements présenté précédemment est inutile. Mais le plan d’épargne retraite n’est pas pour autant dénué d’intérêt. En effet, les épargnants ne payant pas d’impôt sur le revenu peuvent également profiter du PER en optant pour l’avantage fiscal au moment de la retraite.

En optant pour cet avantage fiscal, en cas de sortie en capital, l’épargnant sera évidemment exonéré d’impôt sur le revenu pour la part des versements, et la part des plus-values sera imposée au prélèvement forfaitaire unique (30 %) ou au barème de l’impôt sur le revenu. Dans cette optique d’une sortie en capital sans déduction des versements, l’assurance vie apparaît comme un outil fiscalement plus intéressant puisque les retraits bénéficient d’un abattement, ce qui n’est pas le cas du PER.

En cas de sortie en rente, la part des versements et les plus-values seront imposées selon fiscalité des rentes viagères à titre onéreux.

La fiscalité applicable en cas de retrait anticipé (achat de la résidence principale ou accident de la vie) est présentée dans le tableau.

Tableau : fiscalité du PER en cas de défiscalisation à la sortie

Modalité de sortie Imposition des versements Imposition des plus-values
Déblocage anticipé en cas d’accident de la vie Exonération de l’impôt sur le revenu Prélèvements sociaux (17,2 %)
Déblocage anticipé en cas d’achat de la résidence principale Exonération de l’impôt sur le revenu Prélèvement forfaitaire unique (30 %)
Sortie en rente fiscalité des rentes viagères à titre onéreux fiscalité des rentes viagères à titre onéreux
Sortie en capital Exonération de l’impôt sur le revenu Prélèvement forfaitaire unique (30 %)

Avantages : l’intérêt d’ouvrir un PER

Le plan d’épargne retraite dispose de plusieurs atouts. Comme nous l’avons précédemment évoqué, il s’agit d’une enveloppe capitalisante, donc les gains sont réinvestis d’année en année sans subir d’impôt et 100% des gains peuvent être réinvestis au sein du PER. Cela n’a l’air de rien mais cet avantage permet de profiter à plein de l’effet vertu des intérêts composés, et ainsi de maximiser la courbe de progression du patrimoine. Le plan d’épargne en actions et l’assurance vie sont 2 autres produits bénéficiant du même avantage.

En termes de diversification, le PER donne accès à tous les supports que l’on peut souhaiter pour valoriser son patrimoine : fonds d’investissement pour dynamiser la performance, support immobilier offrant un bon compromis en termes de risque/rendement, ainsi que des fonds euro pour sécuriser les encours.

L’intérêt du PER va dépendre de la situation personnelle de chaque épargnant. Il faut généralement sortir la calculatrice et mettre à plat la situation pour mesurer l’intérêt du PER. Un intérêt du PER est de pouvoir tirer partie de la différence d’imposition au titre de l’impôt sur le revenu entre la période de vie active et la retraite. Un épargnant peut déduire de son revenu imposable les versements réalisés lorsqu’il supporte un taux marginal d’imposition élevé, et récupérer son épargne à la retraite lorsqu’il supporte un taux d’imposition plus faible (les revenus à la retraites sont souvent plus faibles). Dans ce cas de figure, le PER est un dispositif d’autant plus intéressant que l’on supporte un taux de prélèvement élevé dans l’année où l’on envisage le versement sur le PER (revenus dans les tranches les plus hautes) et un taux de prélèvement faible à la retraite.

Un autre intérêt, moins intuitif celui-ci, concerne les actifs dont les revenus annuels sont faibles une année. En pratique, ils peuvent réaliser un versement sans déduire le versement de leur revenu imposable et opter pour une fiscalité réduite à la sortie. Ce dispositif est intéressant pour les épargnants anticipant un taux marginal d’imposition important à la retraite, ils pourront notamment profiter de la fiscalité des rentes viagères à titre onéreux.

Comparatif des meilleurs PER

Les banques ou les courtiers commercialisent un nombre grandissant de plan d’épargne retraite. Après avoir fait le tour des différents PER disponibles sur le marché, force est de constater que les courtiers en ligne proposent les contrats de PER les plus intéressants. On trouve des contrats sans frais sur les versements et avec les frais de gestion les plus faibles du marché. Ces contrats s’illustrent également par une offre d’unités de compte très complète. Notre classement présente les 3 meilleurs PER que nous avons identifié.

Evolution PER PER Placement-direct Linxea PER
Assureur Aviva Swisslife Apicil
Frais sur versement 0 % 0 % 0 %
Souscription à partir de (versement initial) 500 € 900 €
(100 € si option versements programmés)
1000 €
(500 € si option versements programmés)
Performance 2019 du fonds euro (nette de frais de gestion) 1,91 % 1,30 à 3 % (selon la part investie en unité de compte) 1,10 %
Frais de gestion du fonds euro 0,60 % 0,60 % 0,85 %
Choix d’unités de compte 90 supports (1 support immobilier OPCI) 1000 supports (50 trackers/ETF et 5 supports immobiliers) 300 supports (30 supports immobiliers)
Frais de gestion des unités de compte 0,60 % 0,60 % 0,60 %
Frais d'arbitrage 0 % 0 % 0 %
Frais d'arrérage 3 % 3 % 1,50 %
Modes de gestion Gestion libre et/ou gestion pilotée (possiblité de combiner les 2 modes) Gestion libre ou gestion pilotée Gestion libre ou gestion pilotée
Note 1er 🏆
du classement des meilleurs PER
2ème 🥈
du classement
3ème 🥉
du classement
Cliquez ici pour découvrir
Evolution PER
Cliquez ici pour découvrir
PER Placement-direct
Cliquez ici pour découvrir
Linxea PER

Note : les frais d'arrérage ne s'appliquent qu'en cas de sortie en rente. Il y est possible de s'y soustraire en optant pour une sortie sous forme de retraits partiels du capital.

Classement des PER présentés dans ce tableau : explication

Comme nous l’avons expliqué plus haut dans cet article, les encours investis sur le PER sont généralement sécurisés à mesure que l’épargnant se rapproche de l’âge de la retraite. L’objectif de cet arbitrage est d’avoir une bonne visibilité sur le montant de la rente et/ou du capital que l’épargnant pourra tirer de son PER. Ainsi, plus on est proche de la retraite (moins de 8-10 ans), plus il faut être attentif à la performance du fonds euro, qui est le support de prédilection pour sécuriser son épargne.

Ce tableau comparatif met en avant 3 PER assurantiels permettant de sécuriser son épargne sur un fonds euro. Le PER commercialisé par Assurancevie.com propose un fonds euro plus performant (sans condition de versement en unités de compte) et avec très peu de frais. Ce PER est donc très intéressant pour les épargnants souhaitant sécuriser l'essentiel de leurs encours.

Les actifs ayant un horizon d’investissement à plus de 8-10 ans (la durée qui les sépare de la retraite) auront quant à eux intérêt à privilégier un contrat optimisé pour investir sur le long terme. Ils pourront privilégier le PER de Placement-direct et le PER Linxea, offrant respectivement un large choix de fonds d’investissement et de supports immobiliers.

Si vous souhaitez opter pour une allocation résolument dynamique, vous pouvez vous tourner vers le PER bancaire commercialisé par Yomoni. Ce dernier ne dispose pas de fonds euro : le support sécurisé est un fonds en obligations dont le rendement est presque nul. En revanche, pour les épargnants souhaitant une allocation très largement tournée vers les fonds d’investissement en actions, ce PER s’illustre par des frais de gestion de l’enveloppe très réduits : seulement 0,30 % par an (le double pour le meilleurs PER assurantiels). Ce PER bénéficie de l’expertise de Yomoni pour déléguer la gestion des placements en actions. Yomoni est une fintech s’appuyant sur les fonds indiciels (trackers/ETF) pour allouer le capital. Les fonds indiciels sont des fonds cotés de plus en plus plébiscités par les investisseurs en raison de leurs excellentes performances et de frais de gestion plus faibles que les fonds classiques. Notez que le PER assurantiel Placement-direct donne également accès à une large sélection de trackers.

Ouvrir plusieurs PER pour tirer partie des avantages des meilleurs contrats

Il est tout à fait possible d’ouvrir plusieurs PER. C’est d’ailleurs une stratégie que l’on peut recommander aux épargnants souhaitant optimiser la performance de leur épargne retraite.

Concrètement, l’épargnant peut ouvrir un contrat dont le point fort est le fonds euro, et un autre contrat dont le point fort concerne les placements dynamiques à long terme. Lorsque l’épargnant est encore loin de la retraite, il réalise majoritairement des versements sur le meilleur PER pour les placements dynamiques. Puis, à mesure qu’il se rapproche de la retraite, il fera davantage de versements sur le PER proposant le meilleur support sans risque (le meilleur fonds euro).

Conclusion

Le plan d’épargne retraite est l’un des meilleurs placements pour préparer sa retraite. Et le PER est un outil efficace pour diminuer son impôt sur le revenu en déduisant les versements de son revenu imposable. Il s’agit d’un dispositif complémentaire avec l’assurance vie pour développer son patrimoine. L’intérêt du PER dépendra de sa situation patrimoniale et personnelle. En cas de doute, vous pouvez faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine. Le conseiller pourra étudier votre situation et vous orienter vers les meilleures solutions pour développer votre patrimoine et optimiser votre fiscalité.

Faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine

Si vous souhaitez faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine habilité (CIF, ORIAS), vous pouvez nous contacter en renseignant le formulaire ci-dessous.

En validant ce formulaire, vous reconnaissez avoir pris connaissance de la politique de confidentialité de LesFinances.fr.